herpeto-terrario

forum pour amateurs de reptiles
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'anatomie des serpents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4255
Localisation : france
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: L'anatomie des serpents   Mar 17 Jan - 21:08

L'anatomie des serpents,

malgré leur forme allongée, a beaucoup de traits communs avec celle des autres vertébrés, y compris l'homme. Elle est basée sur les mêmes appareils et systèmes vitaux et présentent les mêmes organes : cœur, poumons, foie et reins. Mais leur forme et leur disposition différent, à cause de l'étroitesse du corps. Le squelette d'un serpent semble compliqué, avec des centaines de côtes, mais il est très simple, comparé à celui des lézards ou d'autres reptiles.

Anatomie interne


La plupart des organes d'un serpent sont contenus dans sa longue cage thoracique et composent les divers appareils et systèmes assurant ses fonctions physiologique.


1. Poumon trachéen
2. Trachée
3. Œsophage
4. Coeur
5. Poumon droit
6. Foie
7. Estomac
8. Vésicule biliaire
9. Pancréas
10. Rate
11. Intestin grêle
12. Testicules
13. Gros intestin
14. Reins
15. Uretère
16. Canal déférent
17. Rectum
18. Cloaque




Appareil respiratoire

Les serpents inspirent et expirent par la bouche et la trachée. Tous, excepté les boas et les pythons, ont un poumon gauche atrophié ou absent. Le poumon droit est en revanche hypertrophié. Chez les espèces aquatiques, il est très développé et sa partie inférieure est modifiée de façon à pouvoir régler l'équilibre hydrostatique du serpent.


Chez certaines espèces, l'absence du poumon gauche est compensée par un poumon trachéen, une extension du poumon droit qui fournit un supplément de capacité respiratoire et peur aider le serpent à respirer tout en avalant une grosse proie. Pour éviter d'étouffer, les serpents ont aussi une trachée musculeuse qu'ils peuvent amener en avant, en la faisant passer sous la proie de façon à pouvoir continuer à respirer.

Appareil circulatoire
Il est similaire à celui de la plupart des autres animaux (hormis les ramifications qui s'étendent dans les membres), si ce n'est que le cœur n'a que 3 cavités au lieu de 4. Il n'a qu'un seul ventricule, partiellement divisé, mais les sangs artériel et veineux ne se mélangent pas.

Appareil digestif

La digestion commence dans la bouche : des glandes salivaires sécrètent des sucs digestifs pendant que le serpent mange. Chez les serpents venimeux, le venin paralyse la proie tout en contribuant à la digestion. La gorge et l'œsophage, musculeux, aident le serpent à pousser la nourriture vers son estomac (une partie plus élargie de l'intestin). Du fait de la forme étroite du serpent, l'intestin grêle et le gros intestin sont moins enroulés et donc globalement plus courts que chez les autres animaux. Les aliments non digérés sont éliminés par le rectum et le cloaque.

Appareil excréteur

Les serpents n'ont pas de vessie. Les déchets filtrés par le rein sont excrétés sous forme d'acide urique, un composé blanc et cristallin, contenant très peu d'au, ce qui permet au serpent de ne pas se déshydrater.

Appareil reproducteur

Comme les mammifères et d'autres reptiles, les serpents pratiquent la fécondation interne. Les mâles ont des testicules allongées et une paire d'organes copulateurs, les hémipénis, un seul étant utilisé pendant l'accouplement. Le sperme est conduit par l'uretère des testicules jusqu'aux hémipénis. Les femelles ont en général des ovaires décalés, certaines espèces n'ayant pas d'ovaire gauche.

Système nerveux

Il se compose du cerveau et de la moelle épinière. En l'absence de membres, le réseau nerveux est simplifié, bien que l'organe de Jacobson et, chez certaines espèces, les fossettes thermosensibles soient innervés. La fonction des terminaisons nerveuses sous les fossettes et tubercules des écailles n'est pas claire.

Squelette

Il comprend un crâne, une colonne vertébrale, des côtes, et parfois une ceinture pelvienne. Les nombreuses vertèbres, qui compose la colonne vertébrale très souple, sont très solides pour résister à la traction imposée par les muscles. Il y a une paire de côtes rattachée à chaque vertèbre cervicale ou dorsale (jusqu'à 400 chez certaines espèces, les petits serpents pouvant néanmoins en avoir 180), mais il n'y en a pas sur les vertèbres caudales. Les côtes ne se rejoignent pas le long du ventre et s'écartent, quand le serpent avale une grosse proie.



Crâne

Contrairement à la plupart des carnivores, capables de mâcher leurs proies et de les tenir pendant qu'ils mangent, les serpents n'ont pas de membres et doivent donc avaler leur nourriture en entier. Chez les plus primitifs, les mâchoires ont une mobilité limitée, voire nulle. Ces espèces se nourrissent surtout de fourmis et de termites. Les serpents les plus évolués ingèrent de grosses proies, et la capacité d'ouvrir largement les mâchoires est alors capitale. Ils ont acquis un crâne articulé de façon souple, dont les os, qui, sont chez d'autres animaux, sont massifs et solidement soudés entre eux, sont menus et capables de s'écarter les uns des autres, quand les mâchoires sont grandes ouvertes.
Le crâne de ces espèces est conformé de manière à ce que les mâchoires supérieures puissent se déplacer vers l'avant, l'arrière ou l'extérieur, indépendamment l'une de l'autre et du reste du crâne. La mâchoire inférieure offre une plus grande flexibilité : elle n'est pas jointe au menton et peut s'écarter ou être avancée d'un seul coté à la fois. Ceci permet au serpent d'accrocher ses dents dans la proie et de l'entraîner dans son œsophage.




Crâne rigide



Le crâne des serpents primitifs, tels les leptotyphlopidés, est rigide et lourd, et les mâchoires sont très courtes




Mâchoires allongées



Chez les pythonidés, les maxillaires peuvent s'écarter, bien que la mandibule soit encore relativement rigide




Crâne allégé




Le crâne et la mandibule des colubribés ont des tailles réduites, mais sont très mobiles



Protéroglyphe


Les mambas et les autres élapidés ont des crochets courts, creux et fixes, sans dents juste derrière





Solénoglyphe




Les crochets sont très longs, et le serpent peut les replier en rabattant les maxillaires auxquels ils sont rattachés


Dents

En fonction de leur mode d'alimentation, les serpents ont soit un grand nombre de dents, soit presque aucune. Elles sont disposées le long de l'os dentaire (parties antérieurs de la mâchoire inférieure), des maxillaires et des os palatins. En arrière, les os palatins sont soudés aux os ptérygoïdes, qui portent aussi généralement des dents.
Au lieu d'être enracinées dans des alvéoles, les dents de serpents sont faiblement rattachées à la surface de la mâchoire. Elles tombent facilement, mais sont constamment remplacées tout au long de la vie du serpent. Même les dents venimeuses sont perdues de cette façon, mais leur remplacement est rapide. Les dents qui tombent s'incrustent souvent dans la proie, lorsque celle-ci est entraînée dans la bouche du serpent, et sont alors avalées.

Crochets

Certains serpents ont des dents de différents types, notamment de grands crochets pour injecter du venin. Ces serpents sont divisés en deux groupes.

Les opisthoglyphes :
Couvrant environ un tiers des espèces de la famille des colubridés, ils peuvent n'avoir qu'une paire de crochets situés à l'arrière de la bouche, ou deux de chaque côté. Chez certains, les crochets sont sillonnés pour faciliter l'écoulement du venin jusqu'à l'extrémité. Chez quelques espèces, les crochets, assez près de l'avant des mâchoires, peuvent donc injecter le venin en une seule morsure.


Les protérodontes :

Les serpents dotés de crochets antérieurs appartiennent aux atractaspididés, aux élapidés et aux vipéridés. Les crochets des élapidés sont cannelés (protéroglyphes) et ceux des vipéridés canaliculés (solénoglyphes). Les vipéridés peuvent rabattre leurs crochets contre le palais, lorsqu'ils ne s'en servent pas.


taille et formes des serpents

Tous les serpents sont longs, minces et dépourvus de membres. Cependant, les diverses espèces peuvent variés considérablement en taille, et il existe même des différences de formes. Les serpents les plus petits peuvent être à peine plus long qu'un doigt, alors que les plus grands peuvent être 5 à 6 fois plus grands qu'une personne. Ces variations sont dues à la sélection naturelle, les espèces ayant évolués en s'adaptant à différents milieux et modes de vie.

Forme

La forme des serpents varie suivant la façon dont chaque espèce a évolué en fonction de son milieu. Les serpents qui sont longs et minces ont tendance à être arboricoles ou à utiliser la vitesse pour pourchasser des proies. Les serpents arboricoles doivent être légers pour que les branches puissent les supporter. La plupart ont une longue queue préhensile qui leur permet de se suspendre et de saisir des lézards ou des oiseaux dans les arbres. Les serpents qui vivent en rase campagne sont également longs et minces. Ils se servent de leurs gros yeux pour détecter des proies à distance, puis les pourchassent. Leur longue queue fait contrepoids, lorsqu'ils se faufilent entre les herbes ou les végétaux bas.
Les serpents courts et épais ne pourchassent pas leurs proies, ni ne grimpent aux arbres, mais guettent les victimes en embuscade.

Fouisseurs

Ils sont cylindriques



Terrestres

Ont le ventre aplati pour avoir prise sur des surfaces inégales

Grimpeurs

Le dessous plat, se rencontrent chez les espèces grimpeuses, avec des flans anguleux pour s'agripper à l'écorce des arbres


Arboricoles


Certains serpents arboricoles sont efflanqués pour être rigides et supporter leur propre poids, lorsqu'ils passent d'une branche à une autre

Aquatiques


Les espèces aquatiques peuvent être comprimées latéralement pour avancer dans l'eau

??



Quelques serpents, tels les bongares, ont une forme triangulaire, dont on ignore la fonction


Les grands serpents

Les six plus grands serpents appartiennent à deux familles, les boïdés et les pythonidés. Les deux plus grandes espèces sont l'anaconda géant et le python réticulé. Le python est généralement considéré comme le plus long, avec environ 10m, mais l'anaconda est beaucoup plus lourd. Il n'est donc pas étonnant qu'il y est une abondance de récits extravagants concernant la taille de ces deux espèces.

Les pythons géants,

le python molure, Python molurus, d'Inde et de Birmanie, et le python de Séba, Python sebae, d'Afrique, sont un peu plus petits. Les deux espèces atteignent 6m, bien que les grands spécimens soient devenus plus rares du fait de la diminution de leurs habitats. Le serpent équivalent en Australie est le python améthyste, Moleria amethistina, dont un spécimen de plus de 8m a été mesuré, bien que sa longueur soit plus généralement comprise entre 3 et 4m. Le plus petits des "six grands", est le boa constricteur, qui n'a été mesuré qu'une seule fois à plus de 4m et atteint habituellement environ 3m.
Il existe peu d'espèces de grands serpents pour deux raisons principales :
La première est que de tels serpents doivent manger beaucoup, mais leur taille restreint leurs possibilités d'attaquer une proie par surprise.
La seconde est que les serpents dépendent de sources externes pour élever leur température corporelle et que les grandes espèces mettent longtemps à se réchauffer.
Toute activité est donc limitée par leurs capacités du moment. Il est significatif que les six plus grands serpents, de même que plusieurs autres grandes espèces, vivent sous les tropiques où à proximité. En allant vers les pôles, la taille moyenne des serpents diminue, tout comme le nombre d'espèces.

Les petits serpents

De nombreuses espèces sont si petites qu'elles passent inaperçues. Les serpents des trois familles les plus primitives (leptotyphlopidés, anomalépididés et typhlopidés) dépassent rarement 30cm. Elles totalisent 319 espèces (plus de 10% des tous les serpents), le plus petit étant sans doute le leptotyphlops à deux lignes, Leptotyphlops bilineatus, le plus long spécimen mesuré n'atteignant que 10,8cm. les petits serpents ont besoin de peu de nourriture (la plupart mangent des fourmis ou des termites et leurs larves), et leur corps se réchauffent rapidement. Mais leur taille en fait des proies faciles.

propos tirer du livre serpent passion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://herpeto-terrario.forumpro.fr
Nat et i
Invité



MessageSujet: Re: L'anatomie des serpents   Dim 22 Jan - 15:26

vraiment géniaux tous ces docs Rob !!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'anatomie des serpents   Jeu 2 Mar - 20:32

Toujours d'aussi bonne explication.Heureusement ke t'es la pour les débutant, même pour les autre.


Albin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'anatomie des serpents   Ven 10 Mar - 20:28

J'ai apris pas mal de choses merci. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'anatomie des serpents   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'anatomie des serpents
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anatomie du serpent
» Les serpents les plus dangereux du monde
» Serpents marins.
» anatomie de l'appareil reproducteur male Hermann
» Photos-Serpents.Com (Rafi Toumayan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
herpeto-terrario :: Terrariophilie :: Fiches d'élevage :: fiches ophidiens-
Sauter vers: